Déterminer la tension présente aux bornes d'une lampe de la salle de physique.

Dans une salle de physique, quand une lampe est grillée, les autres lampes brillent comme avec ce lustre. Les lampes sont donc montées en dérivation.

I— Hypothèse

Il suffit de diviser la tension du secteur 230 V par le nombre de lampes (14 dans notre cas).

\( \mathsf{ \bbox[white,2pt,color:green;border-radius:5px;border:1px solid green;]{\ \displaystyle \frac{230\ V}{14} = 16,5\ V}} \)

La tension aux bornes d'une lampe est égale à 16,5 V.

II— Proposition d'expériences

Modélisation du circuit électrique de la salle de physique

On va mesurer la tension entre les bornes de la lampe 2, puis de la lampe 1 et puis du générateur.
Il faut utiliser un multimètre réglé en voltmètre et monté en dérivation (en parallèle) avec le dipôle étudié.

UL1 = 6 V     UL2 = 6 V    UG = 6 V

UG = 6 V
UL1 = 6 V
UL2 = 6 V

III— Conclusion

UG = UL1 = UL2

Loi d'unicité de la tension

La tension est la même aux bornes (entrée et sortie) de deux dipôles branchés en dérivation.


Dans le cas de la salle de physique, la tension aux bornes d'une lampe est égale à la tension du secteur 230 V et non 16,5 V.
L'hypothèse est fausse.